HOPE, la chaire pour lutter contre la précarité énergétique

HOPE, la chaire pour lutter contre la précarité énergétique est lancée

Le 25 septembre dernier à Grenoble, la Fondation Grenoble INP a inauguré la Chaire HOPE, sa neuvième Chaire d’excellence industrielle placée sous le haut patronage du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

De nombreux acteurs du secteur, soit près de 100 personnes, étaient présents pour signifier leur engagement sur cette thématique qui fédère au sein de la chaire pas moins de 12 partenaires* d’horizons divers.

Allier innovation et dimension social pour lutter contre la précarité énergétique

« L’ambition première de cette chaire est de concilier économie et humain, technologie et social » souligne Régis Largillier, titulaire de HOPE.

Comment mesurer la précarité énergétique et ses impacts ? Quelles innovations pour favoriser la co-production de services avec les personnes concernées ? N’existe-t-il que des solutions individuelles ou peut-on bâtir un nouveau modèle ? Vers quoi faire évoluer les métiers de l’énergie ? Autant de sujets sur lesquels porteront les travaux de la Chaire.

Ainsi, quatre axes de travaux ont ainsi été identifiés qui permettront d’accompagner les innovations technologiques de modèles économiques, d’organisations ou de gouvernance. La détection et l’identification des précarités seront également un sujet d’étude ainsi que la recherche de services aux personnes concernées.  Un Français sur 5 est actuellement en précarité énergétique, selon l’observatoire national de la précarité énergétique, c’est-à-dire que ses dépenses d’énergie dépassent 10% de ses revenus. D’où des problèmes de santé publique et des situations d’exclusion.

 

 

Lors de l’inauguration de lancement de la chaire HOPE, 2 tables rondes ont été proposées. La première a posé la question des outils pour massifier la lutte contre la précarité énergétique. La seconde a abordé la problématique de la réconciliation entre l’économie et le social, entre l’humain et l’urbain.

“Cette chaire”, précise François Chaize, vice-président de Roannais Agglomération, une des deux collectivités territoriales partenaire de la chaire dont la précarité énergétique touche 30% des familles de son territoire, se doit “d’être une boite à idées efficaces” qui permette notamment de trouver des solutions techniques.

* (Fondation  Rexel, Fondation Schneider Electric, EDF, Gaz Electricité de Grenoble, InnoEnergy, Udimec, Tenerrdis, CEA LITEN, Banque des territoires, Banque Populaire Auvergne Rhône-Alpes, Grenoble Alpes Métropole et Roannais Agglomération.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenir la fondation

A travers le programme MyFondation, les entreprises peuvent s’engager concrètement auprès des étudiants, renforcer l’attractivité économique de leur territoire tout en affirmant leur responsabilité sociale.en finançant des bourses ou des projets associatif d’étudiants.