“Cellulose Valley” compte révolutionner nos emballages

Les bancs de l’amphithéâtre Barbillon à Grenoble INP – UGA n’étaient pas seulement occupés par des étudiants et étudiantes en cette journée du 7 juillet. Des chercheurs, entrepreneurs, industriels spécialisés dans le domaine de l’emballage se sont réunis pour inaugurer la toute récente chaire d’excellence industrielle “Cellulose Valley”.

C’est toute une équipe projet qui rassemble une école, un laboratoire et des entreprises pour répondre à un projet d’avenir à vision sociétale. Ici, “Cellulose Valley” a été créée par la Fondation Grenoble INP pour une durée initiale de près de 5 ans.

La chaire, lancée le 1er novembre 2021, est hébergée par Grenoble INP – Pagora, UGA, école internationale du papier, de la communication imprimée et des biomatériaux, et le Laboratoire de Génie des Procédés pour la Bioraffinerie, les Matériaux Bio-sourcés et l’Impression Fonctionnelle (LGP2*).

Elle est soutenue par huit industriels, sous forme de mécénat, DS Smith Packaging France (fabricant de solutions d’emballages durables), Ahlstrom Munksjö (non tissés et papiers de spécialités), le Groupe GUILLIN (fabriquant de solutions responsables d’emballage alimentaire), Citeo (entreprise à mission qui œuvre pour la réduction de l’impact environnemental des emballages et des papiers), Decathlon (production et conception de produits sportifs), Marie – Groupe LDC (leader français des plats cuisinés pré emballés frais et surgelés), Chanel (leader mondial dans la création, le développement, la fabrication et la distribution de produits de luxe) et AptarGroup (leader mondial dans la conception et fabrication de solutions et services d’administration de médicaments, de distribution de produits de consommation).

Les partenaires, Julien Lambert (Decathlon) et Julien Bras le titulaire de la Chaire Cellulose Valley en visio

Les différents chercheurs avec l’appui des entreprises partenaires ont pour objectif de créer de nouveaux emballages en cellulose performants et recyclables, et ainsi proposer des solutions d’emballage vertueuses pour un monde durable.

Julien Bras, titulaire de la chaire Cellulose Valley, enseignant à Grenoble INP – Pagora et chercheur au LGP2 est conscient des nombreux challenges qui l’attendent mais souligne également les avantages de la cellulose : « Si on cherche un matériau à la fois issu de la nature, recyclable dans des filières existantes et biodégradable, seuls les matériaux cellulosiques répondent à ces 3 critères »

Huit partenaires investis

De gauche à droite : Patrice Léoné (AptarGroup, Vincent Renaudie (DS Smith), Nicolas Tissier (Ahlstrom Munksjö), Franck Bournaud (Groupe GUILLIN), Thierry Maucotel (Groupe LDC), Jean-François Robert (Citeo), Juliette Le Gall (Chanel)

« Nous avons souhaité nous inscrire dans cette démarche avec une équipe de recherche pour avancer à court et long terme », justifie Nicolas Tissier, vice-président d’Ahlstrom Munksjö en France, qui a présenté à l’assemblée des spaghettis emballés dans du papier cristal transparent. L’objectif de Vincent Renaudie de DS Smith est « d’arriver à se passer du film plastique » au fond des contenants fournis. « L’industrie des emballages est en pleine mutation, ces mutations nous les avons toujours accompagnées depuis la création de l’entreprise il y a 50 ans », confirme Franck Bournaud, directeur de la division food service du Groupe GUILLIN. Il partage bien évidemment les mêmes pensées que son confrère, Thierry Maucotel, patron de l’innovation du groupe LDC sur la nécessité d’emballages en cellulose tout en souhaitant « des produits qui répondent à des propriétés strictes, et garantissant une sécurité alimentaire identique aux emballages plastiques ».

De son côté, Patrice Leone, Directeur Material Science chez AptarGroup souhaite que la chaire Cellulose Valley puisse aider à développer des systèmes de dosage ou de fermeture techniquement performants et recyclables avec des contenants à base de cellulose.

Julien Lambert de Decathlon, s’inscrit lui aussi dans cette démarche de supprimer les emballages plastiques, surtout ceux à usages uniques, mais il relève également ce besoin de voir le produit lorsqu’il est à la vente. Jean-François Robert de Citeo précise de son côté que « la conception d’un nouvel emballage doit avant tout partir de la qualification des besoins spécifiques du produit concerné, et pas de partir de la solution d’emballage précédente ».

Les entreprises du luxe ont tout aussi intérêt à prendre part à ce projet. « Nous sommes convaincus que la collaboration menée par tous les acteurs impliqués dans ce projet pluridisciplinaire nous permettra de proposer, à terme, des emballages plus éco-conçus et d’aller plus loin dans l’innovation grâce à l’utilisation de la cellulose » commente CHANEL.

Les challenges sont multiples pour Julien Bras, et son équipe, mais il compte bien trouver des solutions d’emballage durables à base de cellulose pour favoriser l’économie circulaire, « grâce au soutien des entreprises partenaires qui représentent l’ensemble de la chaîne de valeur dans le domaine ».

Table ronde « la Cellulose Industrie » animée à distance par Julien Bras avec la participation de Jean-François Robert (Citeo), Gilles Lenon (CTP) et Olivier Muquet (Cilkoa)

* Unité mixte de recherche (UMR 5518) associant le CNRS, Grenoble INP et l’Agefpi

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenir la fondation

A travers le programme MyFondation, les entreprises peuvent s’engager concrètement auprès des étudiants, renforcer l’attractivité économique de leur territoire tout en affirmant leur responsabilité sociale.en finançant des bourses ou des projets associatif d’étudiants.